Le Grand oral

Depuis la session 2021, les candidats au baccalauréat général et technologique passent une épreuve orale terminale appelée Grand Oral leur permettant de montrer leur capacité à prendre la parole en public de façon claire et convaincante. Cette épreuve est aussi l’occasion de mettre les savoirs qu’ils ont acquis, particulièrement dans leurs enseignements de spécialité, au service d’une argumentation.

Pour former efficacement les élèves, il est nécessaire de commencer la préparation dès la classe de seconde, et dans toutes les disciplines, y compris celles qui ne sont pas choisies en spécialité. C’est pourquoi l’accompagnement des professeurs dans la préparation et l’évaluation du Grand Oral revêt plusieurs aspects : des formations disciplinaires, des formations transversales (webinaires), un parcours M@gistère en auto-inscription « Préparer et évaluer le Grand Oral » accessible à tous les professeurs, et un ensemble de ressources, académiques et nationales, réuni sur cette page.

 Parmi ces ressources académiques, le vadémécum a été actualisé en novembre 2023, pour tenir compte des modifications de l’épreuve à compter de la session 2024   (https://www.education.gouv.fr/bo/2023/Hebdo36/MENE2323117N).  

Le comité de pilotage académique du Grand oral, Isabelle Bellucci, IA-IPR de lettres / Sandrine Lada, IA-IPR de mathématiques / Adeline Saverna, IA-IPR d’anglais / Romuald Tomasini, IA-IPR de sciences et techniques industrielles / Marianne Wojcik, IA-IPR de sciences de la vie et de la terre

1. LES TEXTES OFFICIELS
  • Note de service du 26/09/2023 parue au B.O. n°36 du 28 septembre 2023, applicables à compter de la session 2024 concernant la modification de l’épreuve orale dite Grand oral de la classe de terminale des voies générale et technologique : https://www.education.gouv.fr/bo/2023/Hebdo36/MENE2323117N
  • La circulaire n°2015-127 du 3 août 2015 relative à l’organisation des examens et concours de l’enseignement scolaire pour les candidats présentant un handicap. Elle apporte des précisions sur la procédure à suivre et sur certaines aides techniques et humaines.

2. RESSOURCES NATIONALES

3. RESSOURCES ACADÉMIQUES

3.1 Le vadémécum académique 

Cliquez sur l’image pour télécharger le support (format PDF)

 

3.2 Liens vers les pages disciplinaires dédiées au grand oral


3.3 Grille indicative ministérielle commentée : https://pedagogie.ac-nancy-metz.fr/wp-content/uploads/grille-commentee.pdf


3.4 Capitaliser sur l’expérience des TPE… pour aller vers le grand oral : https://pedagogie.ac-nancy-metz.fr/wp-content/uploads/TPE-GO-comparaison.pdf


3.5 Contributions académiques 


L’échauffement corporel


Posture – Equilibre – Etirements bras & bâillements – Etirement dos – friction du corps – Relâchement épaules


L’échauffement vocal


Posture – “Chewing-gum” : Réveil muscles visage – “Eponge” : travail sur l’expiration – “Yoyo” : expiration et réveil voix – “Graffitis” : expiration non voisée – “Moustique” : travail sur le souffle et le volume sonore – “Son qui libère” : relation respiration abdominale et émission du son

  • Exercices proposés par Mme Torloting-Achir, professeure au lycée Chopin de Nancy, lors d’une formation à distance pour la préparation du grand oral. Captation en situation de classe.

Tous les exercices présentés ci-dessous peuvent être réalisés tout au long de l’année, en situation de classe entière, sans prendre de temps. Dès qu’un élève prend la parole, on peut retravailler pendant quelques minutes son intervention de manière à permettre des progrès et faire prendre conscience (à tous) des composantes d’une prise de parole publique.


L’adresse


Il s’agit de faire prendre conscience que toute prise de parole est adressée à quelqu’un et qu’il est nécessaire d’avoir en tête là où on envoie la voix. Points travaillés : audibilité, projection de la voix, volonté d’être compris.

Le meeting


Concrétiser la situation de prise de parole afin de parvenir à gagner en assurance, en conviction. C’est une étape intermédiaire qui permet d’exagérer, de mettre en lumière des procédés oratoires en les « surjouant » pour ensuite être repris consciemment lors de la prise de parole publique.
Situations concrètes à proposer aux élèves : faire comme si on s’adressait à des enfants de maternelle à qui on doit expliquer quelque chose, comme si l’auditoire = la personne avec qui on a un rendez-vous amoureux, comme si celui à qui on s’adresse est dans l’immeuble d’en face, celui à qui l’on s’adresse est dans l’immeuble d’en face et la rue est passante, très passante…

Articuler plus pour stresser moins


Pour contrer les effets du stress, augmenter encore son articulation. Procéder comme si on s’adressait à qqun de sourd, qui devait lire sur les lèvres. Cela permet de rester audible, jusqu’au bout de ses réponses. C’est particulièrement efficace lorsqu’on n’est pas sûr de soi : au moins on ne donne pas l’indication au jury que sur cette partie, la maîtrise est relative…


Les virelangues


Moyen classique et traditionnel pour augmenter la capacité articulatoire. Secrets pour réussir : prendre son temps avant de vouloir aller vite, veiller à l’attaque des mots, séquencer ce que l’on veut dire.

Le regard tueur


Exercice qui permet de travailler le fait de donner son regard au public. « L’ orateur » doit – sur son temps de parole – « tuer » le plus de personnes possible.  Autrement dit, il doit regarder au moins 3 secondes 1 personne pour que celle-ci « meure ». Ce sont les personnes dans l’auditoire qui doivent compter et mettre la tête sur les bras, sur leur table, pour symboliser le fait d’être tué.
Points travaillés : la précision du regard, la conviction (le fait de regarder longtemps, d’avoir la tête levée), relancer l’intérêt du jury, gagner en confiance en soi.

Le stylo dans la bouche


Pour mieux articuler, exercice à proposer en classe et chez soi : parler, lire en ayant un stylo dans la bouche. Faire cet exercice tous les jours permet d’améliorer de façon notable sa capacité articulatoire.
Points travaillés : l’audibilité, prise de conscience des muscles sollicités pour parler, ralentissement de la vitesse de parole.

4. WEBOGRAPHIE